publicité

La polémique enfle autour de la "subvention Guetta"

Plus de 21 000 personnes ont déjà signé la pétition contre "la subvention de 400 000 euros pour le concert de David Guetta à Marseille". Cette subvention avait été accordée par la mairie, pour l'organisation de ce concert payant, au parc Borély.

  • Par Christophe Monteil
  • Publié le 19/02/2013 | 15:00, mis à jour le 19/02/2013 | 15:36
© AFP
© AFP
 Une pétition a été mise en ligne sur le site change.org. A 15h, le mardi 19 février, elle a déjà recueillie 21 665 signataires. Les pétitionnaires estiment que "en pleine période de crise, mobilisons-nous pour que l'argent public ne soit pas gaspillé ainsi !"

capture_decran_2013-02-19_a_15.24.00.png

Avant de revenir sur les faits, "Le 10 décembre 2012, il a été décidé en conseil municipal de Marseille d’octroyer la somme de 400 000 euros à la société Adam Productions afin de produire un concert de David Guetta et Mika le 23 juin au Parc Borély (mis à disposition par la Ville de Marseille), dans le cadre de Marseille Provence 2013, Capitale européenne de la Culture. Malgré cette subvention publique, la billetterie mise en place annonce des tarifs compris entre 44 et 59 euros."

Les protestaires pensent que "cette subvention aurait pu bénéficier à des associations ou à des artistes contribuant réellement au rayonnement de Marseille et à Marseille 2013  et ayant réellement besoin de financements. David Guetta est l'un des artistes français les mieux payés...

capture_decran_2013-02-19_a_15.25.02.png


En plus des largesses de la mairie, le lieu est mis à disposition gratuitement pour Adam production qui aura également l'entière recette des ventes de billets, des boissons et autres produits vendus sur place. Une recette estimée à 1,1 million d'euros. Il s'agit donc bien d'un cadeau de la Ville à une entreprise privée...Pour que l'argent public finance la culture et les artistes locaux plutôt que les producteurs internationaux, signez la pétition et diffusez-là autour de vous."

Selon Marsactu, une pétition réunissant plus de 10 000 signatures pourrait être "une sorte d'équivalent du référendum d'initiative populaire au niveau local...L'article 5 intitulé "Contenu de l'ordre du jour" dispose d'un point g prévoyant que peut-être mis à l'ordre du jour :Toute question d’intérêt local, soumise par pétition d’au moins 10 000 habitants  de la ville, ceci dans un délai maximum de trois mois après la remise de cette pétition".

Cette pétition et la fronde menée par Lionel Corsini et son commando anti 23 juin.
capture_decran_2013-02-19_a_15.22.26.png



les + lus

les + partagés